Gris les jours

http://lafreniere.over-blog.net/2016/07/gris-les-jours.html

Gris les murs,

les miroirs sans tain,

vides les mains,

noir le temps,

blanches les tempes.

 

Je suis un bleu

dans les vigiles de l’aube,

un ange qu’on égorge

sur le parvis des banques,

un peu de sève

dans une pluie de pierres,

une prière athée

dans la nef des fous,

une valise vide

à la consigne du cœur.

 

Riches les banquiers,

pauvres les saints,

les poètes, les fous,

rouges les mains

des juges et des bourreaux.

 

Je suis un enfant de chienne

aux yeux des mécréants,

un homme perdu

dans ses propres souliers,

un bout de pain

que l’on jette aux oiseaux,

un peu d’azur

au milieu des orages,

un bourgeon qui persiste

dans les arbres en dormance.

 

Noirs les jours,

brisés les reins,

courbée l’échine,

vides les verres

de l’espoir,

la boussole égarée.

 

Jean-Marc La Frenière

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s