PETITES METANIES DU TEMPS…Extrait

PETITES METANIES DU TEMPS…Extrait http://emmila.canalblog.com/archives/2016/08/06/34159893.html

Si je dois désherber la douleur des jours
que ce soit avec des mains patientes.
Comme on prendrait un petit enfant
sur ses genoux pour lui dire
que celle qu’il attend ne reviendra plus —
qu’elle est partie rejoindre Tobie,
le chien de l’an passé.
Alors, il nous faudrait tenir
devant le regard grave soudain bondé de larmes,
prendre le temps de sourire
puis, comme un roi réconcilié,
ouvrir ses bras en couronne
et bercer, bercer éternellement.

 

.

 

PATRICK  MAURY

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s