Ranger les vêtements

http://koyangi.org/2017/03/29/ranger-les-vetements

Sur le marché, il existe plein de théories pour avoir le minimum de vêtements possibles : la garde-robe capsule, the 333 project, la méthode Konmari de Marie Kondo que je n’ai pas lue mais dont on trouve toutes les informations utiles sur Internet, Zero Waste Home de Mme Béa, 99 objets nécessaires et suffisants de Dominique Loreau, La Parisienne d’Inès de la Fressange, The One Hundred de Nina Garcia, etc., etc.

Publicités

11 histoires émouvantes qui ont eu lieu en 2016 qui redonnent foi en l’humanité

http://sain-et-naturel.com/11-histoires-foi-en-lhumanite.html

11 histoires émouvantes qui ont eu lieu en 2016 qui redonnent foi en l’humanité
Tout ce dont vous avez besoin c’est d’amour…d’amour et de gentillesse. Pas une seule personne sur cette planète ne pourrait dire le contraire. L’amour nous aide à lutter contre les pires maladies et la gentillesse nous aide à surmonter les situations de vie les plus difficiles. Quand le cœur est rempli de joie et de bonheur, il y a toujours une raison de vivre… 

De l’intelligence animale… et de l’arrogance humaine

https://le-cercle-psy.scienceshumaines.com/de-l-intelligence-animale-et-de-l-arrogance-humaine_sh_37925

« Cessons de faire de l’homme la mesure de toute chose ! Évaluons les autres espèces par ce qu’elles sont, elles ! » Primatologue et biologiste, Frans de Waal nous donne ici une bonne leçon d’humilité. « Il semble très injuste de se demander si un écureuil peut compter jusqu’à 10, puisque compter n’a pas vraiment d’intérêt dans sa vie. » Il est en effet plus important – question de survie – que sa mémoire lui permette de retrouver les noix qu’il a cachées quelques mois plus tôt… »

RAG-TIME…Extrait

http://emmila.canalblog.com/archives/2017/03/10/35032384.html

On ne refera plus les sapins aussi verts

ma sœur

Ni les cieux aussi cieux, ni les aubes si frêles

ni les goudrons fondants des routes de l’été

ni les canons de bronze aux jambes des enfants sur la grand-place,

à l’ombre insigne des vieux morts

d’autres guerres

Ma foi

on ne refera plus la gaieté d’autrefois

ma sœur

je n’y crois guère

Pas plus qu’aux longs comas de nos douillets hivers

mon cœur

ni aux calmes maisons avec leurs demoiselles

roses pour vous servir une tasse de thé

les seins jeunes dessous des corsages bouffants
De tout cela qui a été

ma sœur

Les rivières de nos pieds nus, et les cris d’or

au loin, des fiers couchants

qui s’en souvient encore ?

On ne refera plus ton ancienne candeur

mon cœur

Les oiseaux sont allés ailleurs

Les enfants et les demoiselles

Les grisons de l’été, l’hiver qui s’échevelle

Ailleurs…

Vois l’oubli mon cœur

Mon cœur voici la mort

LOUIS CALAFERTE