https://youtu.be/spkanC8c8xA

Publicités

DOMINIQUE DE VILLEPIN – PROPOS SUR ISRAËL

http://emmila.canalblog.com/archives/2017/07/26/35508656.html

Ayons le courage de dire une première vérité: il n’y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l’occupation et encore moins un droit au massacre. Il y a un droit à la paix qui est le même pour tous les peuples. La sécurité telle que la recherche aujourd’hui Israël se fait contre la paix et contre le peuple palestinien. En lieu et place de la recherche de la paix, il n’y a plus que l’engrenage de la force qui conduit à la guerre perpétuelle à plus ou moins basse intensité. L’État israélien se condamne à des opérations régulières à Gaza ou en Cisjordanie, cette stratégie terrifiante parce qu’elle condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance, terrifiante parce qu’elle condamne Israël peu à peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et autoritaire. C’est la spirale de l’Afrique du Sud de l’apartheid avant Frederik De Klerk et Nelson Mandela, faite de répression violente, d’iniquité et de bantoustans humiliants. C’est la spirale de l’Algérie française entre putsch des généraux et OAS face au camp de la paix incarné par de Gaulle.
DOMINIQUE DE VILLEPIN

Elle marche 

Elle marche, contre les vents, plus seule que la solitude. Elle arrache au panier du temps l’osier de l’espérance pour le replanter. Sous les cadences rapides des gongs désâmés, elle ralentit le pas, regarde, sourit, écoute, porte au nid d’herbe un moineau blessé. Elle bat la campagne pour des choses qu’elle dit belles, bonnes, essentielles, sacrées. Elle tambourine contre l’absolu pour qu’il s’ouvre. Elle fait des efforts pour s’élever plus haut, plus loin, plus juste. Tout cela a peut-être un sens. Elle dit aussi qu’écrire c’est aller des yeux à la main sans passer par l’esprit. En somme, selon elle, vivre et écrire serait simplement cueillir ce qui est plus grand, plus aimant, plus important que l’entendement. 

Ile Eniger