L’ÂME DU VIOLON

Pour le quatuor à cordes Con Tempo

« Sa sonorité venait de l’âme –
elle était fabriquée avec un os d’oiseau. »
Dit un musicien du violon de son ami,
celui sur lequel tant
d’airs bien formés
ont été tournés et joués.

En français on l’appelle l’âme,
l’âme de l’instrument ;
à Crémone, lorsque le maître luthier
rapporta une provision de bois qui avait crû lentement
dans les hautes Alpes
pour le façonner sur ses moules,
on l’appela anima –

Une cheville en bois ronde
fut placée avec soin à l’intérieur de l’instrument,
presque sous le chevalet,
pour écarter dos et ventre,
pour récolter chaque vibration des cordes,
chaque montée et descente du poignet de l’archet,
pour porter tout ce qu’il y a en nous d’envol,
à travers les bois de l’instrument.

.

MOYA CANNON

— À lire sur emmila.canalblog.com/archives/2018/08/05/36610309.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s