SOLEDAD

Des nuits qui tombent
comme des couperets
Des matins où il faut
se laver de tout sentiment
d’impuissance

Entre la nuit et le jour
cette distance
infiniment petite
attachée à ne rien laisser
paraître.

.

MARTINE CROS
— À lire sur emmila.canalblog.com/archives/2018/10/02/36753080.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s